La confrontation à la mort en tant qu’hypersensible

photo-sauge-hiver-mort-hypersensibilite

Aujourd’hui est exactement le bon jour pour écrire cet article, parce qu’à l’heure qu’il est j’aurai voulu être à l’enterrement d’une connaissance. Mon hypersensibilité a décidé de s’en mêler, mais au lieu de voir le côté négatif je me suis dis que d’en parler ici permettrait peut-être à certain-e-s d’entre vous de se reconnaître.


Comment gérer l’annonce d’un décès ?

Pour ma part c’est bien souvent la même réaction : je pleure, je repleure et je rerepleure. Que ce soit pour un proche ou pour une connaissance comme c’est le cas aujourd’hui. Je retiens que chaque existence a apporté quelque chose de positif à la planète. Mais j’oublie souvent que ce positif ne s’envole pas avec elle.

Laisser les émotions s’exprimer

Quand on vous annonce un décès qui vous touche, réagissez comme il est bon pour vous de réagir, mais ne gardez pas vos émotions. De toute façon, elles auront besoin de s’exprimer à un moment ou à un autre, alors autant le faire tout de suite.

Vous pouvez être seul-e ou accompagné-e pour cela, même si je conseille de s’octroyer un moment en solitaire pour faire ses adieux au défunt.

Rituels d’adieux

Je ne suis allée qu’à un seul enterrement, donc impossible pour moi de généraliser mais, qu’est-ce-que c’était triste… Je me sentais complètement en décalage dans cette église froide. Ce jour là je souriais parce que la personne qui nous avait quitté, bien que froide et très souvent désagréable, m’inspirait énormément de compassion. Et je pensais à tous ces repas de famille où elle nous avait fait rire.

Alors pourquoi ne pas proposer une célébration plus joyeuse ? Si ce n’est pas possible de manière collective, cela peut être pendant ce moment en “tête à tête” avec le défunt. Sa chanson préférée que vous passez pour danser dessus, une habitude qu’il avait que vous avez envie de partager pour une journée, planter ses fleurs favorites, lui écrire une lettre et la regarder se consumer dans la cheminée, allumer une bougie,…

Les précautions à prendre pendant la cérémonie d’enterrement

Si vous êtes une véritable éponge comme moi, pensez à bien vous protéger avant d’entrer dans les lieux et de côtoyer les personnes présentes pendant la cérémonie.

Vous pouvez utiliser une pierre comme la labradorite par exemple en la gardant sur vous tout du long. Ou alors de manière énergétique imaginer une bulle protectrice autour de vous qui serait comme un bouclier face aux émotions des autres.

Il ne s’agit pas de repousser les autres, mais simplement d’arriver à prendre du recul et à différencier nos émotions de celles des autres. C’est sûrement un moment difficile à vivre déjà pour vous, pas besoin de vous alourdir avec le bagage des autres.


S’accompagner par les plantes

Les élixirs floraux, les huiles essentielles et les macérats de bourgeons peuvent être d’un précieux soutien pour traverser cette épreuve difficile. A vous de choisir, selon le remède qui correspond le mieux à la situation et surtout à ce que vous ressentez.

rescue et huile essentielle d'ylang-ylang

Les élixirs floraux

Il y a toujours le célèbre Rescue mais je préfère toujours conseiller les élixirs de manière individuelle. Star of Bethlehem sera parfait quand on se sent en grande détresse suite au choc de la perte d’un être cher. Cette fleur apportera du réconfort aux inconsolables. Hornbeam est là pour apporter force mentale et physique afin de mener à bien les tâches du quotidien.

Posologie : Déposer 3 à 4 gouttes 4 fois/jour sur la langue (et laisser quelques secondes en bouche) jusqu’à 21 jours si besoin.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles calmantes pour le système nerveux central, celles qui sont enveloppantes et rassurantes seront appropriées pour se confronter au moment difficile de la séparation. Je pense notamment à Ylang-Ylang, qui sera apportera chaleur et sécurité. Mais aussi l’huile essentielle de lavande vraie ou encore les agrumes comme l’orange douce ou la  mandarine verte.

Posologie : Je vous conseille de les diffuser matin et soir, que ce soit ensemble ou séparément. Ici encore, il est important que le parfum vous parle. Si vous n’appréciez l’odeur d’une huile, choisissez en une autre qui vous ira mieux. Si vous n’avez pas de diffuseur, vous pouvez tout à fait diluer ces huiles essentielles dans 50% d’huile végétale d’amande douce (ou tout autre huile végétale) et appliquer une goutte sur chaque intérieur de poignet.

gemmotherapie figuier de saint hilaire

Les macérats de bourgeons

Source : « Gemmothérapie – Les bourgeons au service de la santé » de Stéphane Boistard.

Le figuier agit sur le stress, régule « l’axe cortico-hypothalamique qui commande toute la sphère des émotions, des angoisses, des peurs variées, des obsessions ». Dans le cas d’un deuil on l’utilisera plutôt à la demande, à raison de 15 gouttes par jour diluées dans un verre d’eau. Attention néanmoins si vous êtes enceinte, 5 gouttes maximum par jour.

Le hêtre, au niveau psychique, serait quant à lui « un réparateur des chocs moraux, physiques, des incompréhensions, des colères ». Vous pouvez en prendre 5 gouttes par jour diluées dans un verre d’eau pendant 21 jours maximum.

Enfin, le tilleul aide à revenir au calme. Il apaise, rassure et favorise l’endormissement. Vous pouvez diluer 5 à 10 gouttes par jour dans un verre d’eau. Privilégier la prise au moment du coucher.

J’espère que ces remèdes pourront vous accompagner si vous traversez un deuil. Et souvenez-vous, la mort n’est pas une fin, elle est le début d’un état nouveau, comme l’est une naissance.

 

Laisser un commentaire