Adapter son alimentation pour soulager l’anxiété

legumes-alimentation-anxiete-freepik.com

Après avoir vu comment réagissait notre corps face à l’anxiété, j’aimerai vous parler du rôle de l’alimentation dans cet état émotionnel.

Les aliments que nous mettons dans notre assiette détermine fortement notre état de santé, qu’il y ait des symptômes d’anxiété ou non. Nous avons la chance si des manifestations physiques ou psycho-émotionnelles se présentent car elles permettent de réajuster notre hygiène de vie et ainsi profiter pleinement d’un corps en bonne santé.

Indéniablement certaines catégories d’aliments sont nocives pour notre organisme si elles sont consommées trop régulièrement et à fortes doses.


Les produits à éviter

Les « mauvais » sucres

Consommer des aliments avec une glycémie élevée épuise notre pancréas. En effet notre organisme, pour traiter les glucides aura besoin de fabriquer beaucoup plus d’insuline que la normale, ce qui à long terme peut l’endommager. Il n’arrivera pas à gérer le stockage de tous les sucres et transformera le surplus en graisse. De plus, les pics de sucre seront suivis de près d’une hypoglycémie, qui nous fera manger à nouveau du sucre pour contrebalancer, et ainsi de suite. A long terme, on pourra voir apparaître des pathologies comme le diabète de type II. On trouve ces mauvais sucres dans les produits qui contiennent du sucre blanc et des farines raffinés (pâtisseries, biscuits et viennoiseries industrielles, pain blanc,…), les sodas et jus de fruits, les confiseries,… Il n’est pas nécessaire de chercher à remplacer ces produits, mais si besoin il est préférable d’utiliser du sucre complet, du rapadura ou du sucre de fleur de coco dans les préparations.

Les additifs alimentaires présents dans les produits industriels

Les additifs alimentaires sont des substances ajoutées en faibles quantités aux aliments industriels pour en améliorer la texture, la couleur ou encore le goût.

Il en existe cinq grandes familles : les colorants, les conservateurs, les antioxydants, les exhausteurs de goût et les agents de texture. Certains d’entre eux pourraient être à l’origine dallergies ou encore de migraines. D’autres seraient cancérigènes (E320, E321) et présents dans la liste des perturbateurs endocriniens (E214 à E219).

Les produits laitiers

Thierry Souccar, dans son ouvrage “Lait, mensonges et propagande” parle précisément des inconvénients à en consommer : épuisement du stock d’ostéoblastes des tissus osseux (favorisant l’ostéoporose et les fractures), mal-être lié à l’intolérance au lactose, ingestion de facteurs de croissance dont l’IGF-1 (insulin-like growth factor-1) non-adaptés au corps humain (mais au veau!) et accélérant la multiplication des cellules (saines mais aussi précancereuses et cancéreuses), … Ils peuvent être facilement remplacés par des produits végétaux. Quand on en consomme régulièrement, un extracteur de jus ou un blender pour préparer des laits végétaux et éventuellement une yaourtière sont des accessoires qui seront les bienvenus en cuisine. Ils permettront de faire des économies et d’éviter de produire quelques déchets en plus dans nos poubelles !

Néanmoins, je ne veux pas être extrême, chacun suit son instinct et son ventre. On pourra privilégier par exemple les laitages de chèvre ou encore le ghee (beurre clarifié), formidable allié santé pour réduire les inflammations et renforcer le système immunitaire.

Les acides gras trans

Ils peuvent être d’origine naturelle produits par les ruminants ou d’origine industrielle. C’est ce dernier cas qui va nous intéresser puisqu’ils seraient impliqués dans l’apparition de certaines pathologies comme l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, les inflammations chroniques et le diabète de type II. Les acides gras trans sont obtenus par hydrogénation d’huiles végétales qui permettent ainsi aux industriels de les solidifier dans le but de les utiliser plus facilement dans les préparations de biscuits et viennoiseries. La désodorisation et la cuisson à haute température des huiles génèrent également des acides gras trans. Enfin ils sont employés comme agents de texture pour rendre les aliments plus fermes, comme conservateurs et comme désodorisants dans certaines huiles de poisson. On les trouve donc dans les plats préparés industriels, les confiseries et viennoiseries, les biscuits, les pâtes à tartes et à tartiner, les céréales de petit déjeuner, … Sur les emballages on les reconnait par ces termes : “graisses hydrogénées”, “graisses partiellement hydrogénées” mais malheureusement en France il n’existe pas de réglementation sur l’étiquetage des aliments contenant des gras trans.

D’autres produits par exemple ceux contenant du gluten, ou ceux qui sont riches en FODMAPs pourraient être étudiés, mais dans ces cas précis il est plutôt judicieux que chacun fasse selon son ressenti ou s’il présente une pathologie spécifique en plus de l’anxiété (syndrôme de l’intestin irritable, intolérance au gluten, …). Certains aliments seront très bien tolérés par certains alors que d’autres en seront malades (c’est mon cas avec certaines légumineuses).

fruits-legumes-alimentation-anxiete


Les aliments à privilégier

Voici les aliments que nous devrions privilégier au quotidien pour nourrir plus en profondeur notre organisme :

  • Les légumes

  • Les fruits

  • Les oléagineux

  • Les huiles de première pression à froid

  • Les céréales sans gluten

  • Les légumineuses

  • Une alimentation riche en oméga-3 que l’on trouve dans les petits poissons (maquereaux, sardines,…), les graines et l’huile de lin, l’huile de colza, les graines de chia ou encore les noix.

Alice du site Agorafolk propose un article sur les aliments qui diminuerait l’anxiété. Dans un premier temps elle parle du tryptophane, un acide aminé essentiel (qui ne peut pas être produit par le corps mais qui doit être apporté par l’alimentation), précurseur métabolique de la sérotonine, de la mélatonine et de la bufoténine. On en trouve dans les oeufs, les bananes, les mangues, les dattes, les graines de sésame, de tournesol, de courge, les cacahuètes et la viande.

Ensuite, on peut également mettre l’accent sur le sélénium, oligo-élément dont le cerveau se nourrit  pour renouveler certains neurotransmetteurs. Une carence importante en sélénium peut s’accompagner d’une anxiété généralisé et d’un esprit confus. On le trouve dans les noix du Brésil, les champignons shiitakes et les viandes (abats, fruits de mer et certains poissons).

On trouve souvent chez les tempéraments anxieux des carences en magnésium. En fait, plus on est anxieux plus on élimine nos minéraux dans nos ruminations et moments d’angoisses, et plus on en manque plus on est anxieux. Un beau cercle vicieux… Le magnésium serait le principal minéral capable de contrôler l’hyperventilation et la spasmophilie. Deux cures de magnésium par an, au début du printemps et de l’automne par exemple pendant deux mois, peuvent aider à soutenir l’organisme, tout en gardant une alimentation riche et variée. On le retrouve dans les sardines, les noix du Brésil, les graines de tournesol et de sésame, les amandes, les bananes,…

Enfin, les sujets anxieux seraient souvent en déficience de vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B9 et B12). La prise d’un complément de ces vitamines pendant trois mois réduirait chez au moins 35% des personnes le nombre de crises de panique.


Quelques règles à intégrer dans son alimentation quotidienne

  • Eviter les boissons excitantes qui n’aideront pas en cas d’anxiété. De plus elles sont pour certaines déshydratantes car diurétiques.

  • Consommer les fruits en dehors des repas pour éviter qu’ils ne fermentent dans l’estomac.

  • Manger les crudités en début de repas car elles se digèrent plus vite que les aliments cuits.

  • Manger plus léger le soir afin que la digestion soit plus rapide et que l’organisme puisse se régénérer pendant la nuit.

  • Prendre le temps de mâcher, pour que les glandes salivaires aient le temps de jouer leur rôle.

  • Eviter de grignoter entre les repas pour laisser le système digestif se reposer.


J’espère que cet article saura vous aider dans la guérison… Prenez soin de vous ♥

3 Replies to “Adapter son alimentation pour soulager l’anxiété”

  1. Bonjour Nathalie,
    Merci pour cet article hyper complet 🙂 Etant de nature facilement angoissée, je pense que tous ces précieux conseils pourront m’être d’une grande aide dans mon quotidien !
    Belle journée à toi 🙂

  2. Bonjour Maëlle,

    Heureuse que l’article puisse t’aider 🙂 On oublie facilement le rôle que joue l’alimentation dans notre bien-être, et souvent on remarque une nette amélioration quand on met en place de nouvelles habitudes.
    Merci de ta visite sur Terranaiia, je vais en profiter pour me mettre à jour sur les derniers articles que tu as publié 😉
    Belle journée ⛅️

  3. Cet article est, selon moi, d’utilité publique ! Je le garde dans un coin et j’en parlerai probablement un jour, sur mon blog ou bien sur Instagram.. Encore merci 🙂

Laisser un commentaire