L’accord toltèque le plus dur à tenir

marguerites-auvergne-terranaiia

Les quatre accords toltèques

“Les quatre accords toltèques” de Don Miguel Ruiz est un recueil incontournable dans le domaine du développement personnel. L’auteur y énonce quatre grands principes de vie qui nous permettraient de nous libérer de nos croyances limitantes et ainsi passer de la peur à la liberté.

Je ne développerai pas ici chaque accord toltèque, je vous laisse le soin d’aller les consulter.

Simplement pour vous les citer :

  1. Que votre parole soit impeccable : Parler avec intégrité et dire seulement ce que l’on pense vraiment.
  2. N’en faites jamais une affaire personnelle : Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. 
  3. Ne faites aucune supposition : Avoir le courage de poser des questions et d’exprimer nos vraies envies. Communiquer clairement avec les autres afin d’éviter les malentendus.
  4. Faites toujours de votre mieux : Sans se juger.

 

“N’en faites jamais une affaire personnelle”

Cet accord toltèque est dans mon cas celui qui me touche le plus et également le plus dur à appliquer. J’en ai fait le constat la première fois quand Delphine l’Astucieuse en a parlé dans une vidéo sur la spiritualité. Puis il y a quelques jours lorsque je me suis sentie agressée verbalement par un collaborateur.

Cette situation m’a donné envie de revenir sur cet accord toltèque et de comprendre pourquoi il était si compliqué à mettre en place dans mon quotidien. Je suis une personne émotive et qui fuit les conflits. Au moment où je dois m’affirmer je perds rapidement mes moyens, je tremble, j’ai chaud et mon coeur tape fort dans ma poitrine. Parce que j’ai le sentiment qu’à chaque fois mon interlocuteur me rabaisse.

Il y a quelques jours, j’ai vu la différence avec les autres fois même si les symptômes étaient les mêmes : au fond de moi j’ai su que je n’étais pas nulle et que ce que je vivais à ce moment-là était mon point de vue. J’ai réussi à donner mon avis, à ne pas dire oui à tout et donc à accepter que mon travail ait une valeur, et par extension que moi aussi. Une valeur qui ne se négocie plus.

Alors, comment prendre du recul pour mieux vivre ces moments où l’autre nous touche où ça fait mal:

  • En respectant les 3 autres accords toltèques

Je continue avec mon exemple : j’aurai pu imaginer que l’autre est en colère contre moi, qu’il se sent trahi ou incompris, “arnaqué”,… Mais finalement je ne sais pas ce qu’il vit au moment où moi je tremble et que mon coeur s’emballe. Comment est sa journée ? A t’il vécu des moments difficiles récemment ?

J’essaie donc de prendre du recul par rapport à ce que je perçois. Mais je ne laisse pas l’autre me rabaisser ou décider de ma valeur, je m’affirme en restant calme et posée. Et finalement, j’accepte que ma parole n’ait pas été impeccable, parce que j’étais sous le coup de l’émotion.

  • En analysant quelles blessures se sont réveillées par cet événement

Si on suit l’enseignement de Lise Bourbeau à travers son livre “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi même” on note comme blessures fondamentales l’abandon, le rejet, l’injustice, l’humiliation et la trahison.

Pourquoi je laisse l’autre m’atteindre ? Ai-je peur qu’il me rejette, qu’il cesse de m’aimer ? Quel est le lien entre tous les événements difficiles que je vis ?

A partir du moment où l’on prend conscience des blessures qui nous habitent, le ciel s’éclaircit. Elles nous apportent une meilleure compréhension de nous-même et leur identification nous permet d’amorcer une guérison. Les situations qui nous confrontent à elles sont des défis pour voir où nous en sommes sur notre chemin de vie.

Ici encore, je ne développerai pas le sujet mais vous pouvez consulter cet article qui résume très bien chaque blessure.

  • En faisant preuve de compassion

On peut essayer -même si cela peut paraître difficile quand les émotions prennent le dessus- d’imaginer la situation du point de vue de l’autre. Que vit-il ? Peut-être a t’il aussi des blessures auquel il est confronté au même moment que moi ?

On peut essayer d’accepter que chaque être humain a son propre chemin de vie, ses propres blessures et ses propres épreuves de vie. Eprouver de la compassion à l’égard de l’autre apaisera la situation, mais aussi le mental et les pensées négatives.

Si besoin, il peut être aussi nécessaire de revenir sur la situation plus tard pour régler son conflit intérieur. En attendant, une méditation guidée ou une balade dans la nature permettra de relâcher les tensions.

Laisser un commentaire